La rééducation en chirurgie de la main

Partie intégrante du projet thérapeutique, la rééducation de la main est une spécialité à part entière, qui répond à des règles précises, permettant d’obtenir le meilleur résultat fonctionnel possible.

Le kinésithérapeute va agir directement sur la main traumatisée ou opérée, et avoir pour objectifs :
• Faciliter la cicatrisation, prévenir et éviter les complications cutanées d’origine cicatricielle
• Mobiliser le plus rapidement possible les articulations du membre supérieur (épaule, coude, poignet, doigts)
• Améliorer le retour veineux et le drainage lymphatique, facteurs de résorption de l’oedème, évitant les adhérences secondaires
• Réintégrer sur le plan fonctionnel une main traumatisée, avec parfois des séquelles, mais permettant toutefois d’assurer une fonction suffisante
• Pérenniser la souplesse d’une articulation opérée ou d’un glissement tendineux, afin de conserver sa fonction à la main opérée

 

Les moyens physiques et instrumentaux sont nombreux, et permettent au rééducateur de parvenir aux objectifs qu’il s’est fixé, en accord avec le chirurgien, et selon ses recommandations.

 

La main est un organe de relation, souple et mobile, particulièrement exposé aux traumatismes.
Les séquelles fonctionnelles parfois graves et définitives sont prévenues par une prise en charge multi-disciplinaire, avec une communication entre les différents praticiens. La relation entre le rééducateur et le chirurgien doit être de bonne qualité, avec des échanges et une communication sans faille, dans l’intérêt du patient.
Le rééducateur doit savoir analyser le compte-rendu opératoire, qui fournit les renseignements nécessaires à l’élaboration du plan de rééducation du patient.