La chirurgie réparatrice des séquelles d’amaigrissement

Alors que le surpoids concerne plus d’un adulte sur deux en France, la prévalence de l’obésité est de 16,8% pour les hommes et 17,6% pour les femmes en 2015.

 

Le corolaire de cette « épidémie » de surpoids est un nombre croissant des amaigrissements majeurs, en particulier grâce au recours à la chirurgie bariatrique.

En 2014, en France, ont été pratiquées 45474 interventions de chirurgie bariatrique ; ces actes ont été multipliés par 2,6 entre 2008 et 2014.
Les amaigrissements majeurs sont responsables de séquelles importantes touchant l’ensemble de la silhouette. Ces altérations sont marquées par de très importants excès cutanéo graisseux et un relâchement tridimensionnel des tissus. La demande de réparation de la part des patients(es) est forte car il existe une gêne physique et psychologique. La gêne physique est liée d’une part à des difficultés à se mouvoir convenablement du fait du poids et du ballotement des téguments et d’autre part à des phénomènes de macération des plis. La gêne psychologique est liée à l’impossibilité de tourner la page d’une tranche de vie souvent douloureuse correspondant à la période d’obésité.

L‘enjeu de la chirurgie réparatrice des séquelles d’amaigrissement est de restaurer une apparence et une fonction normales en supprimant les importants excès cutanéo graisseux et en réalisant une remise en tension des téguments. Les interventions vont concerner l’ensemble de la silhouette : l’abdomen, les membres, la poitrine, le visage, les fesses, les organes génitaux externes. Le principe chirurgical général est de réaliser des dermolipectomies étendues, un redrapage tégumentaire, une gestion des excès graisseux ou des zones de lipoatrophie. Cette chirurgie fera donc largement appel à la lipoaspiration et aux transferts graisseux soit par le biais de la lipostructure soit par le biais de lambeaux dermo graisseux.
L’intervention réparatrice la plus pratiquée dans ce contexte est le bodylift qui réalise une dermolipectomie abdominale circulaire avec lifting des fesses et de la partie externe des cuisses associé à une lipoaspiration étendue. Au cours du bodylift le galbe des fesses est reconstitué soit par simple redrapage éventuellement associé à un lambeau dermo graisseux soit par lipomodelage soit par mise en place d’implants glutéaux. La chirurgie réparatrice mammaire est elle aussi très demandée par les patientes. Il est presque systématique de réaliser un lifting mammaire généralement associé à la mise en place d’implants mammaires et/ou à un lipo modelage.

Les dermolipectomies des membres, brachioplastie et cruroplastie, complètent en général les demandes de réparation de la silhouette. D’autres procédures un peu moins fréquentes dans ce contexte sont réalisées comme les liftings cervico faciaux, les chirurgies des organes génitaux externes et l’épilation laser d’hirsutismes persistant après l’amaigrissement.
Les difficultés de la chirurgie réparatrice des séquelles d’amaigrissement sont liées au nombre important de zones à réparer et à l’altération majeure de chacune de ces zones. Il existe une demande forte pour faire une réparation tout en un temps, ce qui permet bien sûr un résultat rapide mais aussi un impact socio professionnel moindre pour les patients. Cette réparation complète en un ou deux temps est généralement possible mais doit tenir compte de l’importance des séquelles à réparer et de l’état physiologique du patient. Heureusement la plupart des tares liées à l’obésité morbide (HTA, diabète, apnée du sommeil…) a été souvent corrigée par l’amaigrissement. Il faut dépister une éventuelle anémie consécutive à une chirurgie bariatrique qui ne peut qu’être aggravée par une chirurgie étendue. La prise en charge chirurgicale s’attellera donc à faire une bonne évaluation des patients et s’astreindra à la réalisation d’une hémostase rigoureuse. Le rôle de l’anesthésiste dans cette prise en charge est essentiel, il veillera en particulier à une juste évaluation pré opératoire, au bon réchauffage per opératoire du patient et à une compensation des pertes sanguines. Les interventions de dermolipectomie de l’abdomen (bodylift compris) et des membres peuvent bénéficier d’une prise en charge par l’assurance maladie et nécessite une demande d’entente préalable. La chirurgie réparatrice des séquelles d’amaigrissement est donc une chirurgie spécifique qui mérite d’être pratiquée par des équipes aguerries pour pouvoir répondre à un nouvel enjeu de santé publique.


Dr Philippe LALANNE
Chirurgien Esthétique